Mille et une vagues
Mille et une vagues

"Où il y a de la musique, il ne peut rien y avoir de diabolique."

Cervantes

Accueil du site > En mer > Le Carlos III
coin droitcoin gauche

mercredi 1er octobre 2008


Un convoyage mouvementé...

Le Carlos III

1982

En 17 ans de mer, j’ai convoyé des dizaines de voiliers sur des milliers de milles... Pour la plupart, j’ai oublié jusqu’au nom de ces bateaux... Mais je ne saurai oublier le Carlos III.


JPEG - 5.8 ko

Le bateau était neuf, mis à l’eau et préparé par un petit chantier du Grau du Roi pour un loueur de yacht établi à Rhodes dans le dodecanèze. Nous devions en convoyer 11 cet hivers là, mais on en amènera pas même un à destination...

Le fait que j’étais très habitué à naviguer sur des bateaux qui avaient déjà fait leurs preuves, et pourquoi pas, sur des quasi épaves même, ne m’a été d’aucune aide ici, au contraire ! Aussi, l’expérience du convoyage du Carlos III fut une grande leçon... Il y a eu un avant et un après Carlos III !

Ce que j’ai appris, c’est qu’il faut tout vérifier quand on s’apprête à prendre la mer en hiver avec un voilier tout neuf. Et aussi qu’il faut vérifier soi-même et ne faire confiance à personne... et surement pas aux ouvriers, pourtant qualifiés, d’un chantier...

JPEG - 6.4 ko

Pourtant, et même si on y passait des mois, il y a toujours les problèmes qui n’apparaitront que dans le mauvais temps...

Raison de plus pour tout re-vérifier encore !

Bref, nous avons coulé par force 11 une vilaine nuit de décembre 1982.

Si vous voulez lire le récit de cette mésaventure, et écouter la musique que cela m’a inspiré bien des années plus tard, rendez-vous dans la rubrique Compositions sur la page Fortune de mer.

Dès l’année suivante, j’ai repris les convoyages hivernaux pour une autre compagnie grecque (Kavos) et j’ai pu vérifier maintes fois que les bateaux neufs, vendus clés en main, prêts à naviguer, sont bourrés de tares [1] ! Plus ou moins graves...

Et si l’instinct du marin, c’est de déceler ces tares, son savoir-faire, c’est d’abord de les chercher !

Notes

[1] La flotte grecque de voiliers offerts à la location était essentiellement constituée de voiliers fabriqués en France, Dufour, Gib-sea, Jeanneau et Beneteau. Pour un bateau neuf, mis à l’eau en Méditerranée, on trouvait en moyenne 15 à 25 points à revoir avant le convoyage. Pour le plus grand nombre, le skipper réglait lui-même les problèmes, parfois cela demandait l’aide du chantier de mise à l’eau, mais certains points imposaient de se faire envoyer une pièce neuve du fabricant.


coin droit coin gauche

Ami lecteur, vous souhaitez laisser quelques mots avant de partir... Cliquez ici !

coin droitcoin gauche
coin droit coin gauche